Chronique | L’art de lire vite et bien !

Un bon livre pour s’initier à l’introspection livresque. Être performant tout en gardant le plaisir de la lecture, est-ce possible ?

Fiche technique 

soulez-bettina-l-art-de-lire-vite-et-bien-livre-894386437_l
Titre : l'art de lire vite et bien !
auteur(e) : Bettina Soulez
Éditions : Éditions d'Organisation
Date de parution : 1999-2000
ISNB : 2-7081-2432-3

De quoi ça parle ?

C’est mon premier livre qui aborde le sujet de la lecture performante et active et de la vitesse de lecture. J’ai beau voir des vidéos, lu des articles de blogs mais je n’ai jamais jusque là lu un ouvrage entier qui développe ce thème. 

Contrairement à ce que j’attendais, ce livre ne donne pas des techniques prétendues miraculeuses. Il analyse les réflexes des lecteurs, les trie en bons et en mauvais et les corrige. Il est organisé en plusieurs segements, courts et compréhensibles, présentés sous forme de questions/réponses.

L’auteure essaie avant toute chose de détruire les mythes qui entourent les livres et la lecture. Elle encourage l’annotation des textes, la lecture intelligente loin du mot-à-mot et de la lecture intégrale classique.

Sa technique repose sur trois axes, deux qu’elle a explicitement annoncés, c’est « l’approche textuelle » et « l’approche visuelle », et un troisième qu’on retrouve tout au long du livre et qui a un caractère psychologique. Je vous explique.

L’approche visuelle est une approche mécanique qui a pour but d’élargir le champ de vision, horizontal et vertical, d’apprendre au lecteur de faire bondir ses yeux plus vite à travers le texte et surtout de photographier les mots sans les lire à voix haute dans sa tête. Ce dernier réflexe limite la vitesse de lecture à la vitesse de la langue parlée. Or, notre cerveau est beaucoup plus rapide que ça.

L’approche textuelle vise quant à elle à développer l’esprit de synthèse du lecteur en lui apprenant de décortiquer le texte et de naviguer librement. Liberté, flexibilité et audace, c’est ce que nous enseigne cette facette. Plusieurs types de lectures sont proposées par l’auteure :

  • la lecture sélective et la lecture repérante qui nous permettent d’obtenir au plus vite l’information que l’on souhaite ;

  • la lecture intégrale destructurée, pratique pour les lectures professionnelle, dans laquelle il est préférable de lire les conclusions avant le développement pour s’orienter au cours de la lecture ;

  • et enfin la lecture intégrale structurée classique, réservée pour les œuvres à lire avec délectation.

Pour travailler ces techniques, et d’autres encore, l’auteure essaie de changer le comportement du lecteur en changeant sa mentalité. La confiance en soi est demandée pour chasser la régression et aller plus vite, l’audace pour accepter les techniques modernes et la motivation pour démarrer et vaincre ses obstacles. À travers son texte, l’auteur fait naître ses sentiments, elle encourage et motive, elle rassure et déculpabilise.

Petit bonus : ma mind map !

text2mindmap (2)

Critique 

  • Petit bémol, certains points restent abstraits et peu développés et d’autres sont répétés plusieurs fois (même si j’aime croire que l’auteure a eu recours à la répétition pour faire de chaque partie un stand-alone).
  • Pour toute explication scientifique, l’auteure se réfère au modèle de Herrmann qui reste une métaphore des préférences cérébrales utilisée en management et non pas un modèle neurocognitif fiable comme le traite l’auteure. 
  • Les fiches méthodes à la fin du livre sont très intéressante et je compte bien les garder comme référence.

Grosso modo, je suis satisfaite de ma lecture. J’ai énormément appris et pour la première fois, j’ai analysé mes réflexes et repéré mes failles.

Citations 

«Le livre n’aura vécu que si, vous, lecteurs, vous le faites vivre et si vous le gardez en mémoire.

« Mieux vaut lire partiellement ou imparfaitement certains auteurs plutôt que de ne pas les lire du tout. »

« Il faut aller vite quand la chose à penser est complexe. » Michelle Serres, « Éclaircissements ».

« Il s’agit d’apprendre à lire et aussi d’apprendre à penser sans séparer jamais l’un de l’autre. Or, une syllabe n’a point de sens, et même un mot n’en a guère. C’est la phrase qui explique le mot. » Alain, « Propos sur l’éducation ».

« On dit souvent qu’il faut apprendre lentement et que c’est le moyen d’aller vite ; mais je ne suis pas assuré de cela … Dès que l’attention s’attarde, elle se détourne. » Alain, « Propos sur l’éducation ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s